La sophrologie

qu'est ce que la sophrologie

Les effets bénéfiques de la sophrologie

La sophrologie considère l’individu dans son ensemble. Le corps et l’esprit sont inséparables, ils interagissent l’un sur l’autre.

Détendre son corps, relâcher son mental, respirer consciemment, retrouver ses sensations… 

Pratiqués régulièrement entre les séances, les exercices de respiration, de visualisation ou d’auto-suggestion apportent des résultats concrets sur votre équilibre général (émotion, corps et esprit) et sur votre qualité de vie. La sophrologie permet de se re-connecter au positif en nous et autour de nous ; à notre capacité à agir par nous-même grâce à un regard différent.

Sa pratique permet :

L’amélioration de la qualité de vie
(amélioration du sommeil, gestion du stress et de l’incertitude, surcharge mentale…)

L’accompagnement du changement
( traitement médical, séparation, deuil, changement professionnel, soutien des actions contre la douleur chronique ….)
 
Le développement des capacités
(confiance en soi, image de soi, identification de ses potentiels, prise de recul, écoute des besoins …)
 
La préparation mentale face à échéance
(examen, entretien professionnel, prise de parole en public …)
dessin equilibre corps esprit yannick bourdarel

La sophrologie s'adresse à qui ?

La sophrologie peut être pratiquée par tout le monde sans contrainte liée à l’âge, au poids, à la forme physique, au genre …. Un des grands principes de la sophrologie est l’adaptabilité : chaque séance sera donc individualisée, reliée à l’objectif et à la situation présente..

Elle se pratique en général assis ou debout (plus rarement allongé) et ne nécessite pas une tenue particulière.

Aujourd’hui, les demandes externes (notifications des réseaux, e-mails, demandes diverses …) attirent toujours plus notre attention… et nous éloignent parfois un peu de nous -même. La sophrologie aide à se recentrer, à prendre soin de soi par un regard bienveillant tourné vers l’intérieur. Ainsi, par son action nous pouvons par exemple mieux dormir, moins stresser, moins ressasser, mieux accepter les changements.

Au delà des effets de détente, nous pouvons espérer avec la sophrologie nous reconnecter à notre force intérieure et nos mécanismes adaptatifs et ainsi porter un nouveau regard plus apaisé.

Comment la Sophrologie agit-elle sur notre cerveau ?

La sophrologie agit sur notre cerveau pour enclencher un processus de mieux-être. Grâce aux techniques sophrologiques (relaxation, respiration, visualisation…), le sophrologue vous guide vers un état modifié de la conscience aussi appelé « aux portes du sommeil » ou « niveau sophro liminal ».

Détendu(e) mentalement et physiquement, vous pourrez lâcher prise en douceur et accéder au cerveau dit émotionnel.

Quelques bases de physiologie

Nous ressentons une quantité importante d’émotions agréables et désagréables tout au long de notre vie. Elles se manifestent avant tout dans notre corps avant d’en avoir conscience dans un second temps. Ainsi on a une « boule au ventre », le plexus qui se serre lorsque l’on a peur. Ce qui me fait peur, m’inquiète ou me terrifie, n’a pas la même emprise sur une autre personne.

Notre cerveau a un rôle central. Il se construit petit à petit durant le premier tiers de notre vie. Au grès de nos expériences, de nos stimulations il évolue même à l’âge adulte, même à un âge avancé pour nous permettre d’apprendre encore, de nous adapter toujours !

Simplifions, schématisons ces trois cerveaux qui communiquent entre eux !

○Le cerveau reptilien assure les fonctions vitales, il fonctionne en mode pilote automatique

○Le cerveau limbique ou cerveau émotionnel  permet de mémoriser les événements agréables, désagréables tout au long de notre existence. On y trouve le thalamus, l’hypothalamus, l’amygdale et l’hippocampe

○ Le cortex cérébral, nous permet de réfléchir, de raisonner, d’imaginer. Il gère donc nos pensées.

dessin : notre cerveau yannick bourdarel sophrologue

Si quelque chose nous fait peur (là, à quelques mètres dans le sous-bois peut être un serpent !), nos yeux se dilatent, notre respiration et notre cœur s’accélèrent, la digestion s’arrête, les glandes surrénales déchargent une dose d’adrénaline. Nous sommes prêts à la fuite ou au combat, l’amygdale a donné l’alerte ! mais quand nous nous sommes habitués à la luminosité et que nous percevons que ce n’est qu’une branche au sol … alors l’hippocampe calme le jeu, appuie sur le frein. Mais parfois le coup de frein ne se fait pas, et nous ne sommes plus capable de gérer notre stress. Le cortisol prend le relai et la machinerie s’emballe soit on se tétanise là sur place, soit on adopte des comportements démesurés.

Ce même phénomène s’enclenche quand le stress devient chronique et s’installe durablement dans nos vies

C’est là que la sophrologie joue un rôle, elle aide le système parasympathique à reprendre le dessus : apaiser la respiration, calmer la circulation sanguine, relancer la digestion, décontracter les muscles … en clair « éteindre » l’alerte donnée par l’amygdale, relâcher le mental pour retrouver une voie plus neutre ou plus positive.

Se programmer autrement avec la sophrologie...

La plasticité de notre cerveau lui permet d’acquérir de nouvelles données et de faire évoluer les chemins neuronaux. L’apprentissage, la répétition encore et encore permettront d’ancrer ce nouvel apprentissage.

Réaliser des actions gratifiantes, vivre des moments agréables, donner du sens et une intention positive permet d’atteindre un certain niveau de satisfaction. La dopamine entre en action  renforçant ainsi la sensation de bien-être, la répétition ancre un nouveau chemin neuronal.